Search

Blog

Voiture volante : ce professeur propose un permis de conduire

Alors qu’on touche le rêve du doigt et que certains prototypes à quatre-roues s’envolent déjà vers le ciel, certain·e·s se posent des questions très terre-à-terre. Comment ce nouveau trafic sera t-il régulé, et surtout, comment apprendrons-nous à piloter ces engins dans un futur proche ?

C’est la question que s’est posé Sebastien Thrun, professeur à Stanford, directeur du Stanford Artifical Intelligence Lab et ancien de la Darpa (section de recherche de l’armée américaine).

Pionnier dans la recherche et développement des voitures autonomes et volantes (notamment avec son travail sur la Google Car), il l’est aussi désormais dans la formation des conducteurs et conductrices de demain. Sebastien Thrun proposera, dès mars prochain et via la plateforme Udacity, des cours de conduite sur voiture volante.

Effectuée en 6 mois, la formation proposée par Sebastien Thrun coûtera 2 100$. A noter que si le tarif peut nous sembler raisonnable en France, aux Etats-Unis le permis de conduire traditionnel coûte aux alentours de 25$… Pour autant, Thrun attend un minimum de 10 000 inscriptions dès la première session.

Intitulé « Voitures volantes et conduite autonome », son cours permettra notamment aux participant·e·s de se former à la robotique des drones, d’apprendre à coder des logiciels de pilotage de voitures volantes et d’aéronefs, et bien sûr de s’exercer à la conduite grâce à un simulateur de vol.

« Je suis absolument persuadé que, dans le futur, la majorité du transport urbain prendra place dans les airs », déclare t-il dans une vidéo de présentation.

Et l’actualité tend à lui donner raison. Alors que, lors du dernier CES à Las Vegas, le taxi volant de la startup allemande e-Volo, Volocopter, complétait un essai concluant, le néerlandais PAL-V Liberty, engin à trois roues et pales rétractables, préparait déjà son premier tour du monde.

De son côté, Uber réfléchit sérieusement à créer une flotte de véhicules volants, et Airbus a maintenu son aéronef électrique, Vahana, 53 secondes dans les airs, après seulement 2 ans de R&D.

uberAIR: Closer than you think (Uber Elevate)

Le permis de voler ne semble plus démesurément anticipé finalement. Et pour la suite ? On imagine qu’il faudra créer un code de la route des airs, et pourquoi pas, des routes et panneaux d’indication en réalité augmentée. Comme pourrait le dire Sebastion Thrun : « sky is the limit ».

(function(d,s,id){var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];if (d.getElementById(id)) return;js = d.createElement(s); js.id = id;js.src = « http://connect.facebook.net/fr_FR/all.js#xfbml=1 »;fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

Source

Commentaires

Cette lecture vous a plu?
Aidez-nous à la partager.

close-link